Expositions

  

La galerie est fermée du 23 décembre 2018l au 2 janvier 2019.  

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------

Renaud Jacquier Stajnowicz

The new days

Aprčs le grand succés de son exposition personelle au musée "Espace de l'Art Concret"
ŕ Mouans-Sartoux (FR), nous présentons de nouvelles oeuvres dans la premičre
exposition personelle ŕ Zürich.

Nous nous réjouissons de vous accueillir, vous et vos amis, ŕ l'inauguration en
présence de l'artiste.

Vernissage le 8 décembre 2018 de 15h ŕ 18h30h

Durée de l'exposition jusqu'au 09.02.19

."Un des aspects parmi d'autres de mon travail, c'est l'exploration systématique du rapport de l'oeuvre et de son contexte (le lieu d'accueil de l'oeuvre), du dedans et du dehors et réciproquement.

La synchronisation et la réciprocité sont au coeur de ma recherche formelle."
Renaud Jacquier Stajnowicz

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------

"Les nouveaux jours." 

J'aimerais dire encore : 

"les oies blanches, les oies noires, s'envolent vers un nouveau jour." 

Qu'y a t'il au-delŕ du monochrome ? Comment peindre ŕ nouveau ? 

Celui-ci ouvre sur un espace qui ne peux ętre signifié que par l'absence de signe.

En creux, partout ŕ la fois, en relation. 

L'épaisseur du châssis me sauve de l'évaporation dans cette absence. 

Ainsi, l'ombre portée dans le cas du monochrome blanc, m'indique l épaisseur et dans
celle- ci, notre existence est établie.
 

Dans le monochrome noir, la disparition de l'ombre portée est définitive, absorbée qu
elle est par le noir du monochrome mais, l'épaisseur du châssis laisse par sa fracture,
sa césure, l'ensemencement de cette disparition par le jaillissement du blanc du mur,
le support de l'oeuvre, le lieu de l'oeuvre.
 

C'est la matérialisation de l'oeuvre par le support et le rapport au lieu, qui lui donne une
existence fugace et muette et néanmoins certaine.

Il y a bien ici la rencontre entre ce silence lŕ et mon (notre) propre silence.

Ce silence n'est pas l'absence du son mais bien au contraire, la possibilité de
l'émergence d'un chant.
 

Ici, le monochrome serait tout ŕ la fois le linceul qui ensevelit le corps et dans le męme mouvement, le relčve, et les premiers tissus qui enveloppent le corps du nouveau- né et
dans ce mouvement-lŕ, le révčlent!
 

Renaud Jacquier Stajnowicz